•  

     

     

    Probablement le réseau social le plus célèbre et le plus largement utilisé, Facebook voit la moitié de ses utilisateurs se connecter chaque jour.

    Or certains de ses utilisateurs passent trop de temps sur Facebook et laissent les heures passer sans s’en apercevoir, délaissant leurs tâches quotidiennes et allant même jusqu’à ignorer leur

    famille et amis dans le monde réel.

     

     

    Alors que les notions d’«addiction à Facebook» ou de "trouble de dépendance à Facebook" ne sont pas médicalement approuvées, la réalité des conduites addictives sur Facebook est un problème croissant qui touche de nombreux utilisateurs du réseau social, et que les thérapeutes constatent de plus en plus fréquemment chez leurs patients .

     

    Si vous trouvez qu’être connecté, partager et tout apprendre de Facebook est en train de prendre le pas sur l’ensemble de votre vie et sur votre communication avec les gens dans la vie réelle, il est possible que vous souffriez d’une addiction à Facebook.

     

    Vous pouvez souffler ! Cet article n’est pas là pour vous enlever toute envie d’aller sur Facebook, mais plutôt de vous aider à identifier si vous êtes accro à ce réseau social et à reconstruire vos manières de communiquer socialement sur Facebook.

     
    I - Identifiez les signes d'une dépendance à Facebook.
     
    Bien qu'il n'existe actuellement aucun diagnostic d’ « addiction à Facebook » ou de « trouble de dépendance à Facebook » " qu’un professionnel de la santé pourrait diagnostiquer de manière catégorique, les comportements addictifs ont certains points communs qui peuvent mener à une désocialisation inquiétante et à des comportements compulsifs.
     
    Les signes suivants indiquent un besoin démesuré de Facebook :
     
    • En vous réveillant, la première chose que vous faites est de “checker Facebook”.
    • Et c’est aussi la dernière chose que vous faites le soir avant de dormir.

     

    • Rien d’autre ne vous passionne et vous vous sentez « vide » sans Facebook. Tout ce que vous désirez est de passer du temps sur Facebook, même si cela implique de ne pas terminer votre travail ou de voir votre famille. Ne pas être connecté à Facebook vous met mal physiquement, provoque une transpiration soudaine, un mal-être palpable et vous rend impatient d’y revenir. Votre obsession est devenue malsaine.

     

    • Vous ne pouvez pas passer plus d’un jour sans utiliser Facebook. Si vous en êtes privé, vous souffrez de symptômes de manque à Facebook, tels que le fait de ne rien trouver d’autre intéressant, essayer à tout prix de vous reconnecter à Facebook même si cela implique d’utiliser un ordinateur qui vous est soit interdit (par exemple, si ce n’est pas le vôtre) soit difficile d’accès, ou vous êtes pris de panique à l’idée de rater des statuts Facebook. Tous ces signes sont très inquiétants.

     

    • Même si vous n’êtes pas constamment sur Facebook (ce qui signifie que vous avez encore besoin de la réalité), vous y connecter plusieurs fois par jour est le signe d’un comportement compulsif.
    • Passer plus d’une heure par jour sur Facebook perturbe facilement vos autres obligations et rendez-vous dans la vie et peut causer de nombreux problèmes de vie sociale.

     

    • Vous n’êtes pas bien dans votre vie et Facebook offre la possibilité d’une évasion par le fantasme, au sein duquel tout paraît sans encombre, génial, joyeux et facile… c’est-à-dire toutes ces choses qui manquent à votre vie quotidienne.

     

    •  
      Bien dormir cesse d’être une priorité pour vous. 
    • Au lieu de privilégier un sommeil équilibré, vous êtes prêt à vous coucher bien trop tard juste pour pouvoir nourrir votre addiction à Facebook. Après tout, vos amis pourraient penser que vous les avez négligés en n’étant pas connecté en permanence !
    • Vous êtes prisonnier de la nostalgie.
    • Quand Facebook commence à devenir un moyen de vivre dans le passé, c’est le signe qu’il faut y mettre un terme.

     

    • Ressasser en permanence vos amours et amitiés passés dans l’espoir de savoir à quel moment exact votre vie aurait dû prendre une tournure différente et essayer de rafistoler la situation en fantasmant sur Facebook indiquent que vous regardez en arrière et vous auto-flagellez pour ce qui s’est mal passé.
    • Prenez conscience de l’importance de vivre ici et maintenant. Ce genre de nostalgie fait d’autant plus de dégâts si vous êtes de tendance bavarde sur vos relations actuelles, car d’autres personnes vous liront et certains pourront prendre vos mots comme une trahison ou une liaison amoureuse.
    • Vous avez énormément d’amis sur Facebook et pourtant, vous vous sentez très seul.
    2
     
    Commencez à vous demander ce que vous faites sur Facebook. Plutôt que de simplement aller sur Facebook et «céder à son charme», commencez à identifier réellement ce que Facebook vous apporte.
     
    Vous demander ce que ce réseau apporte vraiment à votre vie personnelle est une démarche saine, surtout si vous sentez que vous en avez peut-être abusé.
     
    Limitez-vous aux choses qui vous apportent une vraie valeur, le tout dans un laps de temps bien défini.
     
    Notez, retenez ce que vous faites sur Facebook pendant toute une semaine. Soyez attentif à cette mission et ne la faites pas à moitié : achetez-vous un petit carnet et prenez le temps de le mettre à jour. Voici quelques signes à particulièrement surveiller :
     
    • Si vous ne vous connectez que pour réagir à des pokes, voir les mises à jour des profils de vos amis, écrire un message ou voir quelles chansons vos amis écoutent en ce moment, vous êtes accros... à des futilités. Et laisser des sujets sans intérêt diriger votre vie ne va pas vous offrir une vie satisfaisante à long terme !

     

    • Errez-vous sans but sur Facebook ?

     

    • Vous venez juste d’accepter un nouvel ami et vous êtes curieux de savoir qui sont les amis de cet ami, si vous avez des amis en commun ou si certains pourraient l’être, et ce qu’ils font en ce moment ? Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, le temps que vous passez sur Facebook est devenu inutile. Vous vous êtes laissé(e) bercer par l’apparente facilité des connexions sur Facebook, sans prêter attention à la perte de productivité qui s’ensuit vraiment.

     

    • Vous servez-vous de votre travail comme une excuse ? Même quelqu’un qui utilise Facebook pour des raisons professionnelles peut commencer à laisser la socialisation nécessaire à son business dériver vers une sur-connexion généralisée, sous le prétexte de « travailler ».
    • Il est important de vous apercevoir du moment où vous entrez dans cette phase transitionnelle et d’apprendre à séparer clairement le travail de la socialisation virtuelle, afin de délimiter le temps dévolu aux deux activités. Faute de quoi vous vous accordez une trop grande excuse pour ne pas décrocher de Facebook.

     

    • Cet ami est-il vraiment un ami ?

     

    • Quel avantage y a-t-il vraiment à entretenir une relation avec quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré, mais que vous avez ajouté parce qu’il ou elle était l’ami d’un ami d’un véritable ami ? Ils sont peut-être géniaux, mais si vous communiquez à peine ensemble, ces amis virtuels font peut-être partie de toutes les distractions qui vous font plonger aveuglément dans Facebook plutôt que d’interagir de manière constructive et bénéfique.

     

     NE JAMAIS SE FAIRE INSULTER !

    • Parmi tout ce que vous faites sur Facebook, y a-t-il quelque chose de constructif, que ce soit d’un point de vue personnel ou professionnel ? Soyez honnête avec vous-même !

     

    Déterminez ce qui a vraiment de la valeur sur Facebook. Quelle que soit la raison d’être sur Facebook, poser des limites est important et savoir ce qui a de la valeur et ce qui n’en a pas vous aidera à maîtriser vos mauvaises habitudes en ligne.

     

    Même le fait de vouloir informer en permanence votre famille de ce que vous vivez à l’étranger ou dans une autre région peut échapper à votre contrôle si votre concept de « famille » vient à fortement s’agrandir.

     

    Si vous utilisez Facebook pour des raisons personnelles et professionnelles, sa valeur est probablement plus grande, mais il est encore important de limiter le temps que vous y passez pour le travail et pour vous-même en le restreignant à ses seuls aspects bénéfiques.

     

    Pour savoir ce que Facebook vous apporte vraiment, prenez en compte les points suivants :

     

    • Est-ce que vous aimez cela ? Est-ce que le plaisir d’aller sur Facebook s’équilibre avec toute une autre série d’activités et projets agréables dans votre vie ?

     

    • Vous sentez-vous obligé de répondre à des gens sur Facebook, même quand vous préféreriez l’éviter ?

     

    • Quelles parties de Facebook améliorent vraiment votre vie personnelle et professionnelle ? Faire une liste de ces atouts peut vous aider à y voir clair et à mettre de côté les aspects négatifs et futiles du réseau social.

     

    1. Essayez de laisser Facebook de côté lors d’une occasion spéciale, pour voir comment vous vous en sortez.

       

    1. Cet article ne préconise pas de quitter complètement Facebook, sauf si c’est la décision que vous souhaitez prendre. Néanmoins, il peut être très intéressant de sélectionner un évènement spécial et de décider que, pendant toute la durée de cet évènement, vous n’utiliserez pas du tout Facebook. Vous pouvez même avertir vos amis Facebook que cet évènement arrive mais, quoi qu’il se passe, tenez-vous-en à votre décision.
    2. Par exemple, certains utilisateurs de Facebok décident de faire une pause pendant leurs vacances d’été ; d’autres le font pendant des célébrations religieuses comme le carême, et certaines personnes se déconnectent lors d’évènements familiaux comme un mariage, un anniversaire à venir, pour mieux se préparer, voyager, être disponibles pour leurs proches, etc. sans être distraits.
    1. Tout évènement particulier est important pour casser une habitude, car il représente une occasion au cours de laquelle vous ne devez pas être centré sur vous-même, mais sur quelqu’un ou quelque chose d’autre, que ce soit la famille, la foi, ou n’importe quel facteur extérieur à votre propre personne. Cela peut vous aider à vous décoller de Facebook sans trop de douleur, ainsi qu’à vous fixer une période de temps durant laquelle vous vous faites la promesse de ne pas utiliser Facebook. Pendant cette pause, réfléchissez à votre addiction à Facebook et à comment mettre en place une utilisation plus équilibrée de Facebook.

     

    • L’avantage de dire à vos amis Facebook que vous ne serez pas présent quelque temps est que cela vous oblige à ne pas y aller. Et pour cause, vous « perdrez la face » si vous tentez de vous connecter ! Soyez fort et démontrez-leur que vous êtes le genre de personne qui tient sa parole.
     

     

      1. Ciblez des solutions qui vous permettent une utilisation plus intelligente, plus éclairée de Facebook à l’avenir.
      1. Bien sûr, vous pourriez quitter Facebook, mais il est plus constructif, productif et utile socialement d’apprendre à le maîtriser et de limiter Facebook à la place normale qu’il doit avoir dans votre vie. Voici quelques solutions positives pour une utilisation équilibrée de Facebook (et vous en trouverez aussi par vous-même) :
    •  

      • Évitez de trop jouer avec les fonctionnalités secondaires. Regardez bien votre profil. Est-ce qu’il vous convient ou est-ce qu’il vous dérange ?
        
      • Changer une image de profil tous les quatre matins est un signe inquiétant : vous vous préoccupez trop de votre image Facebook.
        
      • Si l’image actuelle vous convient, laissez-la en place. Pourquoi ?
      • Parce qu’une fois que vous l’aurez installée, préparez-vous à la laisser en place longtemps. Apprendre à garder un profil régulier vous aidera à acquérir la confiance nécessaire sur Internet ; et ne pas le mettre à jour en permanence vous économisera une perte futile de temps sur Facebook.

       

       

     

    Arrêtez de changer votre statut trop fréquemment. Lorsque vous êtes tenté de le faire, posez-vous cette question avant d’agir :

     

    «Et alors ? ». Chaque fois que vous le changez, vous encombrez le flux de vos amis. Pourquoi vous sentez-vous obligé d’annoncer chacun de vos gestes ou changements d’humeur ?

     

    Les autres finissent par perdre leur intérêt et vous perdez un temps fou à jouer avec votre statut.

    • Pensez au nombre de fois où vous utiliser des applications Facebook. Pour ce faire, vous devez l’installer sur votre compte. Et puis l’utiliser ; et de nombreuses applications sont suffisamment réussies pour entraîner leurs utilisateurs à passer des heures dessus. Avant d’ajouter une application, posez-vous cette question : «Est-ce vraiment productif ?”.
    • Si elle ne sert à rien, pensez à vos amis qui vont recevoir toutes vos invitations à gagner des points, recevoir des cadeaux ou venir voir vos résultats…

     

    • Chaque fois que quelqu’un reçoit une invitation, il doit accepter ou l’ignorer. Ne soyez pas celui qui fait perdre du temps aux autres.
    • Et utilisez les applications uniquement pour votre bien-être, pas le contraire.

     

    • Débarrassez-vous de celles qui sont de pures gaspilleuses de temps ou qui sont vraiment inutiles.

     

    • Ne rentrez pas dans la course au plus grand nombre d’amis. Si vous êtes tenté par le fait d’avoir plus d’amis sur Facebook que le nombre avec lequel vous pouvez vraiment échanger régulièrement, il est temps de mettre un terme à ce qui n’est autre qu’une « dépendance à l’amitié ».

     

    • Avoir plus d’amis, mais sans possibilité d’échanges réels, peut vite être une source d’anxiété, et non plus de plaisir. Profitez des amis que vous avez déjà sur Facebook mais faites le ménage parmi ceux qui n’apportent rien à votre expérience sur ce réseau social.

     

      • Étant donné que Facebook vous oblige presque à ajouter des amis, si vous êtes vulnérable et enclin à vous définir par le nombre d’amis que vous avez plutôt que par la qualité de ces derniers, alors Facebook peut être dangereux pour vous lorsque vous essayez de vous sortir de n’importe quelle autre addiction ou que vous vivez une période difficile émotionnellement
      •  
        • Résistez à l’envie d’ajouter des gens que vous ne connaissez pas vraiment ou avec qui vous n’avez pas réellement envie d’échanger, et retirez de votre liste ceux qui ne signifient rien pour vous (ou si peu…).

         

        • Méfiez-vous du fort potentiel de Facebook à amplifier un sentiment de solitude, plutôt qu’à l’apaiser.
           
        • Passer du temps sur Facebook au détriment de rencontres réelles avec vos amis augmente le sentiment de solitude que vous ressentez peut-être déjà et, ironiquement, plus vous essayez d’être en contact avec une multitude de personnes, plus vous vous sentirez seul, car vous aurez privilégié la quantité à la qualité des relatio
        • Changez votre manière d’utiliser Facebook : au lieu d’en faire un substitut aux amis réels, profitez de ce réseau pour entretenir et dynamiser les liens amicaux que vous avez déjà.

     

    • Évitez de vous transformer en automate Facebook.

     

     

    • Si vous vous surprenez à dire « Je te Facebook plus tard » ou « Je vais traîner sur Facebook », alors vous êtes mal parti pour quitter le site et sortir avec des amis dans le monde réel.

     

     

    • Chaque fois que vous avez envie de dire « je te Facebook plus tard », reprenez-vous et dites plutôt : « on se voit plus tard », « je t’appelle plus tard ».

     

     

    • Et pensez-le sincèrement – rattrapez dès maintenant tout le temps que vous avez perdu avec eux…
    • Conseils

      • Pour vous aider à déconnecter, tenez un journal, que ce soit en ligne ou, de préférence, dans un carnet de notes que vous pouvez utiliser sans être sur votre ordinateur. Si vous sentez monter en vous une envie irrésistible de poster un nouveau statut, écrivez-le d’abord dans votre journal, et continuez à écrire tout ce que cela vous évoque, les sensations qui y sont liées…
       
      • c’est-à-dire tout ce qu’un statut Facebook ne pourrait pas exprimer (ou qui provoquerait quelques ennuis avec votre famille et vos amis).

       

      • Cela vous aidera à mieux vous connaître et avec bien plus de profondeur que l’image superficielle que vous renvoyez sur un réseau social.
      • Pour cacher votre dépendance à une application Facebook à vos amis, cliquez sur « éditer » sur le côté gauche de l’Application. Puis dans les « Réglages » de chaque application, décochez le « mini feed ».

       

       

      • Cela empêchera les activités de l’application d’être automatiquement publiées dans le flux de vos amis et sur votre profil. Cette méthode est très efficace si vous répondez à de nombreux quizz sur des films, par exemple. Bien sûr, cacher votre dépendance n’est pas très sain, donc mieux vaut apprendre à la contrôler.

       

      • Ironie du sort, certains professionnels de la santé psychique, supposés nous aider dans notre addiction aux activités en ligne, sont eux-mêmes atteints par ces symptômes !

     

    • CONSEIL

      Si vous n’arrivez pas à vous défaire de votre dépendance, consultez un BON psychiatre ou un VRAI et BON thérapeute immédiatement, et surtout pas un MAGICIEN de MUSIC HALL qui prétend vous endormir pour calmer vos angoisses mis ouvre votre porte feuille grand ouvert !

    •  

       

       

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    L'addiction à Facebook est-elle une maladie ?

     

     

    Les réseaux sociaux sont entrés dans notre quotidien. Selon une étude française,

    4,5 % des utilisateurs de Facebook présentent des signes inquiétants notamment parmi les jeunes, les femmes et les hommes !

     

    Facebook devient-il aussi dangereux pour les relations sociales et humaines que l’alcool, les drogues ou les jeux d’argent ? Ce serait un comble pour un réseau dit « social ». Et pourtant oui. Une étude menée auprès de 517 utilisateurs réguliers de Facebook par un psychiatre de l’hôpital Esquirol à Limoges, le Dr Couderc, révèle que 4,5 % des personnes présentent tous les signes de l’addiction.

    Dans cette étude, publiée en avant-première dans Le Figaro, les jeunes et les femmes sont surreprésentés. « En général, les femmes et les sujets jeunes sont plus fréquemment touchés par la phobie sociale, explique le Dr Couderc. Notre échantillon étant surreprésenté en sujets jeunes et de sexe féminin, il est cohérent que cette proportion de phobiques sociaux soit plus élevée que dans la population générale. »
     
    Les signes d’addiction sont sans ambiguïté. Ces personnes sont anxieuses quand elles ne sont pas connectées et vivent mal les contraintes quotidiennes, comme le travail ou les études, qui retardent d’autant le moment où ils pourront retrouver leurs « amis ».
    Elles arrivent néanmoins à se connecter 11 fois par jour pour une durée totale de plus trois heures. Les utilisateurs plus raisonnés se connectent en moyenne cinq fois par jour pour une durée totale de 57 minutes.

    La difficulté de résister à une tentation accessible et gratuite

    Plus inquiétant, le psychiatre qui a mené l’étude constate que la fréquence des troubles psychopathologiques est plus importante chez ces addicts à Facebook. Selon lui, 48 % sont dépressifs contre 9 % chez les autres utilisateurs.
     
     
    Cette étude va dans le même sens que celle menée récemment par l’université de Chicago qui découvrait que chez certains sujets, les réseaux sociaux pouvaient provoquer une envie bien plus forte que la cigarette pour un fumeur ou même que l’envie de faire l’amour. Pour le professeur Wilhem Hofmann, qui a coordonné cette étude, « il est plus difficile de résister au désir pour les réseaux sociaux à cause de leur grande accessibilité et parce qu’elle est gratuite ».
     
     
    Va-t-il falloir développer des thérapies de désintoxication spécifiques aux réseaux sociaux en général et à Facebook en particulier, les deux médecins n’en parlent pas encore.
     
     
    Sources
    http://www.01net.com/editorial/578163/l-addiction-a-facebook-est-elle-une-maladie/
     
     
     
     
     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Un like Facebook sur un cerveau

    Peut-on souffrir d’addiction à Facebook ? Oui, c’est Internet qui le dit. Certaines personnes passent des heures sur ce site sans réussir à décrocher.

     

    C’est parfois une vraie dépendance.

     

     

    Une addiction à Facebook, c’est quoi ?

     

    Facebook étant un réseau social, on peut être dépendant de ces contacts faciles, très larges et variés. Dans la dépendance, il devient impossible de ne pas se connecter dans la minute où l’on rentre chez soi, de partager sa journée avec ses amis...

     

    Virtuels ou réels.

     

    Et il est difficile de fermer son ordinateur pour quitter Facebook.

     

    Quand l'addiction n'est plus un plaisir


    Quand l’addiction est installée, la pratique addictive n’est plus un plaisir mais devient une contrainte. On devient incapable de faire autrement, on perd la liberté d’agir. Quand Facebook commence à envahir votre vie, vous vous sentez devenir prisonnier du web, comme un moucheron dans une toile d’araignée ! Plus moyen de décoller... Et même loin de votre clavier, vos pensées vous y ramènent. Lorsque vous prenez une photo, vous pensez à son rendu sur votre Facebook, quand vous vivez un moment agréable, vous pensez déjà comment le raconter sur Facebook...

     

     

    Facebook procure aussi du plaisir !

     

    Les forts consommateurs de Facebook ne sont pas tous dépendants. On peut passer du temps parce que l’on y trouve du plaisir sans se sentir addict. C’est même une bonne chose.

     

    En effet, dans notre société marchande, voire mercantile, gouvernée par la publicité, on oublie parfois que le plus grand des plaisirs humains est celui du contact, de la rencontre avec l’autre. Et c’est ce que Facebook permet à sa manière. C’est un îlot de convivialité. Car ce réseau permet d’entretenir l’amitié quand les amis sont loin, les liens avec la famille quand un membre est parti à l’étranger, de partager ses photos, un film ou de la musique très facilement. Facebook est un outil de maintien du lien social, même s’il peut parfois devenir un perturbateur de vie.

     

    http://www.e-sante.fr/addiction-facebook-nouvelle-pathologie/2/actualite/833

     

     

     

     

    Combien de contacts sociaux notre cerveau peut-il stocker et gérer en parallèle ? Les neurosciences indiquent qu'une limite comprise entre 100 et 200 contacts suivis ne peut être dépassée.

    Shutterstock.com
     
     
     

    L'essentiel

    - La glycémie, ou concentration du sucre dans le sang, a une multitude d'effets sur nos actes et nos pensées.

    - Les personnes ayant bien mangé sont moins hostiles et davantage ouvertes à la discussion et aux concessions.

    - Des expériences ont montré que, selon notre état de satiété, nous sommes plus attirés par des personnes du sexe opposé plutôt enrobées ou plutôt minces...

    - Les études montrent que le temps passé sur Facebook a un impact sur certaines aires du cerveau. Sur Facebook, le cerveau humain deviendrait très sensible à la « comparaison sociale », qui nous conduit à jauger notre propre valeur par comparaison avec autrui. Les capacités de socialisation du cerveau augmenteraient aussi, mais dans certaines limites seulement.

    L'auteur

    Sébastien Bohler est journaliste à Cerveau & Psycho.

     

    Une personne sur six aujourd'hui dans le monde est un utilisateur de Facebook, presque une sur deux en France. En moins de dix ans, ce réseau social a totalement modifié nos usages et notre façon d'interagir. Étudiants, mais aussi jeunes actifs ou seniors, consacrent plusieurs heures par semaine à mettre à jour leur présentation, maintenir des contacts avec des êtres chers malgré la distance, communiquer avec des groupes d'utilisateurs, rechercher des emplois ou observer le succès des autres. Quand plus d'un milliard de personnes basculent progressivement d'un mode relationnel traditionnel (le face-à-face réel) à un mode virtuel modulable (images, symboles, liens vers d'autres personnes, d'autres sites), quel impact cela a-t-il sur le fonctionnement de notre cerveau ?

    Les neuroscientifiques commencent à s'intéresser aux effets des réseaux sociaux sur nos neurones. Dar Meshi, à l'Université de Berlin, est un de ceux qui ont étudié l'impact de Facebook au niveau cérébral. Avec ses collègues, il a observé l'activité cérébrale d'utilisateurs plus ou moins assidus de Facebook, et a constaté qu'une zone du cerveau, le noyau accumbens, est particulièrement active chez les gros utilisateurs de Facebook. Cette zone se comporte comme un « comparateur social » : elle est sensible aux situations où l'on obtient de meilleurs résultats (par exemple, lors d'un examen) que les autres. D. Meshi a constaté qu'elle est d'autant plus active que les sujets sont de grands utilisateurs de Facebook. Ainsi, nous aurions dans notre cerveau un module de comparaison sociale d'autant plus développé que nous nous connectons souvent sur Facebook.

    Rappelons ce qu'est la comparaison sociale. Ce concept date des années 1950 et est à l'œuvre dans la plupart des situations de la vie. Nous faisons de la comparaison sociale lorsque nous nous demandons si le voisin a une plus grosse voiture que la nôtre, ou le collègue un meilleur salaire. Or cette comparaison sociale est monnaie courante sur Facebook, où l'on nous propose en permanence de voir combien « d'amis » nous avons, combien de personnes ont vu notre page, et combien l'ont appréciée. Simultanément, nous voyons combien d'amis ont les autres utilisateurs du réseau, à quel point leur page est appréciée...

    L'unité de mesure de ce jeu de comparaison est le like, une icône représentant un pouce levé qui indique le nombre de personnes qui aiment votre page, et qui constitue une sorte de monnaie d'échange affective sur Facebook.

    Les amateurs de Facebook aimeraient ainsi, consciemment ou non, se comparer.

     

    Mais est-ce l'usage de Facebook qui sensibilise leur noyau accumbens, ou bien ont-ils une tendance naturelle à la comparaison sociale, qui les pousserait vers ce média où ils savent qu'ils pourront se comparer ?

     

    L'étude de D. Meshi ne répond pas à la question.

     

    Mais le fait que la zone cérébrale incriminée soit le noyau accumbens est riche d'enseignements.

     

    Ce petit groupe de neurones s'intègre dans ce que l'on nomme le « circuit de récompense », un ensemble de neurones qui réagit aux plaisirs, que ceux-ci soient naturels (alimentaires, sexuels) ou artificiels (drogue, jeu).

     

    À ce titre, le noyau accumbens est souvent impliqué dans les mécanismes d'addiction : une fois activé par des stimulus plaisants (notamment les drogues), il demande des stimulations de plus en plus importantes. C'est pourquoi, même chez un utilisateur initialement en recherche d'une comparaison sociale modérée, il se pourrait que l'utilisation de Facebook ne fasse que conforter ce penchant.

    Dans ce cas, l'activité du noyau accumbens se renforcerait à mesure que l'on se connecte. Plus une...

     

    - La glycémie, ou concentration du sucre dans le sang, a une multitude d'effets sur nos actes et nos pensées.

    - Les personnes ayant bien mangé sont moins hostiles et davantage ouvertes à la discussion et aux concessions.

    - Des expériences ont montré que, selon notre état de satiété, nous sommes plus attirés par des personnes du sexe opposé plutôt enrobées ou plutôt minces...

     Les études montrent que le temps passé sur Facebook a un impact sur certaines aires du cerveau. Sur Facebook, le cerveau humain deviendrait très sensible à la « comparaison sociale », qui nous conduit à jauger notre propre valeur par comparaison avec autrui.

    Les capacités de socialisation du cerveau augmenteraient aussi, mais dans certaines limites seulement.

     

    http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-facebook-change-t-il-notre-cerveau-32709.php

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique